Quelle belle surprise ais-je eu en apprenant qu’une auteure indé vivait dans ma ville…. Et quelle encore plus belle surprise en voyant que son premier roman est de la SF Horreur!!! J’ai donc enfin pu découvrir le talent de Sarah Lacote ce we, de nuit, c’est mieux pour se rapprocher des zombies!!!

Le topo : Du jour au lendemain, la vie de Lara change brutalement. Exerçant le métier de militaire dans le sud de la France, la simple humaine qu’était l’héroïne se voit investie d’une mission des plus importantes de sa vie. Quand le chaos arrive dans les rues, Lara doit tout faire pour sauver ses amis et rejoindre sa famille au plus vite tout en apprenant qui elle est devenue et ce dont elle est capable de faire. Une fois avec sa famille à Castres, elle se rend compte que rien n’est simple et qu’elle va devoir faire sa place au milieu d’humains qui ont peur d’elle et de ce qu’elle représente. Mais fort de son caractère, l’héroïne instaure ses règles et arrive à se faire entendre de la plupart des habitants. Malheureusement, les humains ne sont pas sa priorité. Des monstres plus horribles et plus effrayant que les zombies font leurs apparitions. Elle se retrouve de nouveau face à des questions qui ne trouveront pas tout de suite leurs réponses mais quand le créateur du virus fait son apparition, Lara aura plus de temps qu’elle ne le voudra pour avoir ses réponses.
Tant d’épreuves lui feront face ! Tant de doutes que l’héroïne se demandera si un jour la Terre reviendra comme avant ou si elle va devoir se battre jusqu’à la mort pour avoir un semblant de vie pour le reste de la population.
Va-t-elle devoir tout sacrifier pour sauver la population ou peut-elle vivre son histoire d’amour malgré sa condition ?
La question est surtout : Va-t-on lui laisser vivre son histoire comme elle le souhaite ou devra-t-elle vraiment tout sacrifier ?

Nous sommes donc en 2042, et je vous avoue que cela m’a fait peur, car, peu habituée à lire de la SF, je reconnais que je manque de l’expérience voulue pour être objective. Et, pour être honnête, c’est un milieu dans lequel il est compliqué de rentrer quand on est pas habitué…. l’imagination, c’est comme la cellulite, ça s’entretient! Mais pas de problème avec l’Arme Ultime. Malgré des hologrammes, des holophones, du coup, ‘achement plus pratique que les smartphones (on se demande ce qu’ils attendent, chez la Pomme…), nous ne sommes pas dépaysés. La première rencontre se fait dans un lycée, entre amis, lors d’une réunion d’anciens élèves, et on pourrait presque croire qu’on va croiser quelques tours de romances, avec Lara, 20 ans, boulotte au physique mal assumé…. Tatata! Il n’en est rien! Si Sarah a su rendre les personnages attachants grâce à ces retrouvailles qui nous rendraient presque nos 20 ans, les pauvres bougres n’ont même pas le temps d’arriver à la cantoche que Pim! Un premier zombie arrive, et l’héroïne se fait rapidement mordre!!

S’ensuit les supers pouvoirs de Lara, la fuite vers un camp militaire hyper perfectionné, la découverte de foetus génétiquement modifiés et, bien sûr, l’histoire d’amour indispensable!

Alors, pour être honnête, toute heureuse que l’intrigue se passe à Castres, dans ma ville, j’étais dubitative quant à la crédibilité qu’ apporterait une ville somme toute moyenne ( cela n’est absolument pas péjoratif, nous sommes d’accord!) à un bouquin de SF Horreur…. et bien, le quartier choisit est juste par-fait! Un parking entouré de hautes tours, à la vue sur la ville imprenable, un accès par un pont, un « Super Inter » pour se réapprovisionner…. l’endroit idéal pour installer une base militaire!!!! Alors, attention, remarque absolument pas objective ! : j’apprécie particulièrement que Sarah ai choisit ce quartier ( Lameilhé, pour les Tarnais), qui souffre d’une mauvaise réputation ici! Il est bon de le voir au devant de l’affiche, avec toute la tendresse que semble ressentir l’auteure pour cet endroit!!!

Donc, Castres envahie par des zombies, ça fonctionne! Il faut dire que la facilité de lecture nous permet de nous projeter facilement dans l’action, que ce soit, d’ailleurs, ici ou partout ailleurs!

Une petite remarque, néanmoins : j’ai eu l’impression que l’auteure « prenait des pincettes », au moins au début de l’histoire, comme si elle n’assumait ses personnages et son intrigue que petit à petit. Il est vrai qu’au début, Lara n’est pas l’archétype de l’héroïne. Boulotte et mal dans sa peau, c’est sa première morsure qui la transforme physiquement. Il n’est pas courant qu’un personnage principal fasse un bon 46, et j’aurais aimé que cet aspect soit plus appuyé. Tout comme le premier face à face avec un zombie, que j’ai trouvé un peu rapide. Cela n’est pas dû à un manque de talent de l’auteure, pour preuve ces inconvénients disparaissent à mesure qu’avance l’histoire, mais j’ai plutôt eu l’impression d’une certaine « timidité » de la part de Sarah. Qu’elle se rassure, elle est douée, son roman est bon, et il ne faut pas qu’elle hésite a aller au fond des choses pour le Tome 2! Car, oui, il y aura un tome 2! Et, d’ailleurs, une remarque positive ce coup ci :  Sarah est parvenue à finir son livre, à boucler une histoire, avant de passer à la suivante. Il ne s’agit pas, comme on peut parfois le voir, d’un gros roman coupé en plusieurs tomes. Je ne vais pas en dire trop, mais dans le tome 2, certains personnages ne seront plus là, l’héroïne aura encore évoluée, et nous changeons de lieu.

Conclusion, malgré un léger manque d’affirmation de la part de l’auteure, qui sera, j’en suis sûre, corrigé dans le deuxième tome, l’Arme Ultime contient tous les ingrédients pour une bonne saga SF Horreur: l’histoire est bien construite, elle se déroule comme un film, les personnages sont attachants, les zombies sont méchants méchants!! Tout y est!

Bravo Sarah, et longue vie à Lara ( Vous devrez lire l’Arme Ultime pour relever l’ironie de cette conclusion!) !!!

Share This